chantal-prix

En juin 1999, les ministres européens de l’enseignement supérieur signaient la déclaration de Bologne s’engageant dans une nouvelle organisation de l’enseignement supérieur qui visait à une reconnaissance mutuelle des formations dans l’espace européen.

Dans le cadre de ce processus de Bologne et dans le prolongement de la conférence de Berlin de septembre 2003, les ministres de l'éducation de quarante-cinq pays, réunis à Bergen les 19 et 20 mai 2005, ont adopté les références et les lignes directrices pour la gestion de la qualité dans l'espace européen de l'enseignement supérieur.

Faisant suite aux priorités et aux stratégies fixées par le processus de Copenhague, le communiqué des ministres européens de l’éducation et de la formation professionnelle, des partenaires sociaux européens et de la Commission européenne, réunis à Helsinki le 5 décembre 2006, prévoit de promouvoir un espace européen d’éducation et de formation professionnelle dans lequel les qualifications et les compétences acquises dans un pays seraient reconnues dans toute l’Europe.

Pour ce faire, le processus met en place une stratégie destinée à accroître la transparence et la qualité des compétences et qualifications acquises, et à faciliter la mobilité des apprenants.

Dans ce contexte d'harmonisation européenne, le développement d’une culture d’évaluation de la qualité est devenu incontournable.

 

Texte extrait du Guide pour l’enseignement de promotion sociale – la gestion de la qualité 


 

Aller vers...

L'AEQES et la Qualité dans l’EPS
L’EPFC, un enseignement de qualité